Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
128
récits de voyages

courage et l’espérance leur revinrent en voyant débarquer au milieu d’eux le colonel Wolseley, chargé d’aller réprimer la « rébellion » de Riel et des siens. Le colonel n’attendit pas qu’il fût en présence des Métis pour faire une action d’éclat. En apprenant que l’endroit où il était débarqué s’appelait la « Station : » « Nous allons, dit-il, l’appeler dorénavant Prince Arthur’s Landing ». C’était en l’honneur du prince Arthur, fils de la reine Victoria, qui avait récemment fait partie d’un régiment anglais, stationné au Canada ; puis, le colonel, promu plus tard général, et plus tard encore devenu lord par la grâce d’Arabi, partit avec ses volontaires pour le fort Garry, en suivant la route Dawson. Cette route n’était pas encore finie ; aussi l’expédition du colonel mit-elle trois mois à se rendre, tandis que l’année suivante, dans l’automne de 1881, le corps expéditionnaire, envoyé pour protéger le Manitoba contre l’éventualité d’une invasion fénienne, accomplissait le même trajet en moins de quatre semaines.

Pendant les années qui suivirent, Port Arthur continua de croître et d’augmenter ; même il s’y