Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/156

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
160
récits de voyages

familles de Saint-Sauveur vont camper sur leurs bords durant les mois d’hiver, et qu’elles y trouvent dans la pêche seule leur subsistance. Mais, d’un autre côté, il se fait là un véritable ravage et une dépopulation des lacs auxquels il est temps que le gouvernement avise, en s’emparant de chacun d’eux et en les affermant à des particuliers ou à des compagnies, s’il veut prévenir l’anéantissement complet de la truite. Le gouvernement se ferait certainement par ce moyen un revenu de 15 à 20,000 dollars, dont une partie pourrait être consacrée à augmenter le salaire des fonctionnaires irréprochables, et dont l’autre partie paierait les frais d’imprimeur des écrivains canadiens qui font des conférences ou des brochures utiles à leur pays.


IV


Un soir de fin d’octobre 1887, je descendais à la « rivière à Pierre », station de la ligne du lac Saint-Jean située à cinquante-huit milles de Québec.

La rivière à Pierre n’existait absolument que de nom, il y a trois ans ; c’était une rivière baptisée par un Pierre quelconque, et coulant dans