Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
21
sur les grands lacs

elle n’a augmenté que de 1,684 âmes. C’est là l’allure commune aux petites villes fortifiées. Elles étouffent dans leurs enceintes de granit. Comment peut-on se développer et marcher à pas rapides dans le progrès, quand il faut pour cela enjamber par dessus des batteries et escalader des bastions, des barbacanes et des murs et contremurs qui vous barrent le chemin de tous les côtés ?

Voyez par exemple Québec. On est là sur un roc. Cela n’était pas suffisant. Il a fallu mettre sur ce roc d’autres rochers, mais ceux-ci taillés, découpés et disposés selon les règles, pour effrayer les Américains avec symétrie. On n’y peut risquer un pas sans se heurter, dans tous les sens, à un cercle de remparts inviolables autant qu’impuissants, auxquels on ne saurait faire la plus petite égratignure sans manquer de loyauté ; et si l’on arrive à se sauver par les portes, qui ne sont que des trous dans les remparts, c’est pour tomber sur les barrières, un demi-mille plus loin. Comment s’allonger ou s’étendre, dans un sens ou dans un autre, quand on ne peut même pas tourner le cou sans se cogner le nez sur quelque chose de fédéral ou d’impérial, qui fait que nous sommes comme des étrangers dans notre