Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/254

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
259
promenade dans le vieux québec

bruit des préparatifs de défense qu’on faisait et qu’il sentît le nombre des obstacles qui barraient le chemin de la haute-ville. (Il était resté beaucoup de ces obstacles jusqu’au pavage de la côte en 1875, toujours par amour de l’antique). Tout ce qu’on put imaginer pour tromper l’officier anglais et lui faire croire que la garnison était nombreuse, on le fit, jusqu’à ce qu’enfin, tout à coup, le bandeau fut enlevé de ses yeux… Il était dans le fort même, en présence du gouverneur, de l’évêque, de l’intendant et du brillant état-major français en grand uniforme. Immédiatement, il tendit sa sommation, qui, traduite aussitôt en français, fit dresser d’indignation et de colère tous les officiers réunis. L’un d’eux voulait même qu’on traitât le parlementaire comme l’envoyé d’un corsaire ; mais le comte de Frontenac, obligé de se contenir, répondit simplement qu’il ne reconnaissait même pas le roi d’Angleterre d’alors, ci-devant prince d’Orange, qui avait usurpé le trône sur le dernier des Stuarts, réfugié en ce temps-là à la cour de France ; que, quand bien même Phipps offrirait de meilleures conditions, il ne pouvait les accepter ni placer la moindre confiance dans la parole d’un homme qui manquait de loyauté envers son propre sou-