Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
42
récits de voyages

« bien peuplé », « grand endroit de réunion. » Pour se rendre à cet endroit de réunion, les Indiens, qui habitaient en grand nombre les rives du lac Ontario, et fort au loin, dans l’intérieur, remontaient la rivière Humber, à l’embouchure de laquelle les Français avaient élevé un fort, appelé en premier lieu « Rouillé », et, par la suite, « Toronto. » C’est ainsi que le nom primitif, s’appliquant à tout le pays d’intérieur, en vint à désigner uniquement l’endroit où était le fort, et où est aujourd’hui située la grande ville ontarienne.

En 1793, les Anglais transportèrent à Toronto le siège du gouvernement de la province et changèrent son nom en celui d’York, en l’honneur de Frédéric, duc d’York, fils du roi George iii. Mais ce nom d’York semble n’avoir jamais été sérieusement accepté par les habitants. Aussi s’empressèrent-ils, lorsqu’ils eurent obtenu leur charte d’incorporation, en 1834, de rendre à leur ville son ancien nom, qui lui est toujours resté depuis.


En 1794, le village de Toronto se composait