Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
41
sur les grands lacs

Front, Wellington, Queen, Ring et surtout la rue Yonge, qui est la grande artère par excellence, une sorte de « Grande Allée » qui se prolongerait jusqu’au cap Rouge. Notons enfin les hôtels, quelques uns à la figure grandiose, mais par dessus tous le Queen’s, édifice dont l’extérieur paraît assez modeste, derrière l’épais ombrage des arbres qui le dérobent presque au regard, mais dont l’intérieur est princier. On dit même que le Queen’s est le premier de tous les hôtels du Dominion.

TORONTO NAISSANT

I

Il y a quelques années à peine, de vieux habitants de Toronto se rappelaient n’y avoir vu que deux ou trois maisons en brique.

La première mention du nom de Toronto se trouve dans des mémoires français qui remontent à 1686. Le pays avoisinant le lac Simcoe paraît avoir été connu à cette époque sous l’appellation de Toronto, qui voulait dire, probablement