Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
48
récits de voyages

avec l’extérieur. Comme les nouvelles locales étaient maigres, le Colonial Advocate était surtout rempli d’extraits des journaux européens. L’esprit révolutionnaire soufflait sur le vieux continent ; les Bourbons étaient de nouveau détrônés : l’esprit ardent de Mackenzie recevait promptement le contre-coup de ces événements, et son journal en portait l’empreinte à chaque ligne. Ce n’était pas seulement en Europe qu’il y avait des réformes, et des réformes pressantes à accomplir. Dans le haut Canada régnait le « Family Compact », sans mesure et sans contrôle ; il fallait en détruire l’inique et monstrueuse organisation. C’est à cette œuvre que Lyon Mackenzie se voua corps et âme.

Plus tard on apprenait que le parlement anglais venait d’être dissous par George iv, pour avoir repoussé le bill de « Réforme », proposé par le ministère. Ce bill de réforme était une mesure à bon droit populaire ; aussi l’esprit enthousiaste de Mackenzie éclate-t-il en transports de reconnaissance pour le souverain : « Le roi George, s’écrie-t-il, s’est acquis, dans les annales de la monarchie anglaise, un nom qui n’est inférieur qu’à celui d’Alfred le Grand… »

On ne peut s’empêcher de penser aux Améri-