Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
62
récits de voyages

Un dernier mot, Collingwood porte son nom en l’honneur du grand amiral anglais qui fut le compagnon et l’émule de Nelson, moins illustre que celui-ci peut-être et moins glorieusement vainqueur, mais non moins grand homme de mer. Collingwood passa plus de quarante ans sur son bord, à croiser dans toutes les mers de l’Europe, sans voir plus de dix fois sa patrie ni ses enfants

    d’un groupe de petites îles situées près du rivage, et qui ressemblent à des poussins rassemblés auprès de leur mère.

    Collingwood est le terminus des chemins de fer Northern et North-Western, et le point de départ principal des steamers pour les lacs Huron, Michigan et Supérieur. Il s’y fait un grand commerce de poisson ; celui du bois est énorme. Un spectacle qui vaut la peine d’être contemplé, pendant la belle saison, est celui du mouvement incessant des quais, de leur va-et-vient continuel, du chargement et du déchargement jour et nuit effectué des marchandises du Nord-Ouest, enfin de l’arrivée et du mouillage des immenses « trains » de bois qui viennent des districts d’Algoma et de Parry Sound. Les statistiques du commerce de grain seul, sans compter celui du fer du lac Supérieur, suffiraient à étonner le voyageur et à lui faire ouvrir les yeux sur la richesse et la quantité des produits du grand Occident canadien.

    Ce que l’on remarque encore à Collingwood, ce sont ses immenses élévateurs et les scieries où le bois brut reçoit toutes les formes.

    La population de Collingwood est d’environ six mille âmes.