Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
83
sur les grands lacs

arpentés et de nombreux colons, venus surtout des comtés d’Ontario, s’y portèrent dans le but à la fois de cultiver et de spéculer sur les produits minéraux de ce nouveau champ d’exploitation. Les premiers établissements s’accrurent avec rapidité, tellement que de nos jours la population de l’île a atteint le chiffre de dix à douze mille âmes, sur lesquelles il y a environ deux mille Indiens. Ceux-ci sont des Saulteux, descendants de la nation des Chippewas ; ils ont reçu leur nom actuel des Canadiens-français, qui les rencontrèrent pour la première fois près du sault Sainte-Marie. Fraction démembrée de la grande famille des Algonquins ; on les retrouve partout, depuis le lac Huron jusqu’aux limites du Manitoba et dans les États du Michigan, du Minnesota et du Wisconsin. Ils sont peut-être aussi nombreux que les Sioux, quarante mille environ d’après les calculs les mieux établis — mais ils n’ont ni l’audace, ni l’esprit remuant, ni les goûts belliqueux de ces derniers.

« La plupart des Indiens, dit M. de Lamothe dans le livre cité par nous plus haut, sont catholiques romains ; quelques-uns ont embrassé le méthodisme ; une centaine à peine adorent officiellement le Manitou ; mais il n’est pas bien sûr