Page:Buies - Récits de voyages, 1890.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
86
récits de voyages

et nous voguons désormais entre deux rives, dont l’une, celle du nord, est formée par le district d’Algoma et l’autre, celle du sud, par une série d’îles qui se succèdent sur une même ligne, comme les anneaux d’une même chaîne, et semblent être la continuation de la presqu’île de Saugeen. Un jour viendra sans doute où le retrait successif des eaux les réunira toutes entre elles, comme il a mis à découvert les assises de la grande presqu’île, dont le caractère géologique est le même. Ces îles sont celles de Cockburn, de Drummond, (celle-ci appartient tout entière aux États-Unis) de Saint-Joseph, de Neebish, du Sucre et une multitude d’autres plus petites, qui se succèdent presque sans interruption jusqu’au sault Sainte-Marie.

Le côté nord se voit imparfaitement, parce qu’il n’a ni proéminences ni saillies élevées qui arrêtent le regard. Au loin cependant, dans la poussière dorée des rayons du soleil, s’estompe comme un embryon de chaînes montagneuses rampant à fleur de sol ; puis ce sont des étendues désolées, dénudées, où le feu a promené d’implacables ravages ; les arbres dépouillés de leurs branches, noircis, mais restés debout, pourrissent lentement dans une atmosphère écla-