Page:Bulletin de la société géologique de France - 1re série - 2 - 1831-1832.djvu/216

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Vous connaissez la manière dont ce dernier savant les divise ; il ne me reste donc plus qu’à vous parler des idées émises sur leur origine par MM. Stucke, Osann, Stifft, Benzenberg, Daubeny et Keferstein.

M. Benzenberg n’a pas eu de peine à prouver par les eaux thermales d’Aix-la-Chapelle et de Burtscheid, qu’elles n’étaient qu’une dépendance de la chaleur primitive du globe et des anciennes actions volcaniques qui ont bouleversé jadis le pays voisin, et qui maintenant ne se font reconnaître qu’en épanchant des eaux salutaires pour l’homme. Le mal est donc compensé par le bien comme dans tout le reste de ce qui a lieu dans le monde.

Il paraîtrait qu’il faut distinguer dans les sources celles qui proviennent du sein de la terre, et qui ne sont que peu ou peint soumises aux influences atmosphériques, et celles qui reçoivent au contraire leurs eaux de l’atmosphère et leurs parties étrangères des roches qu’elles traversent.

MM. Haussmann, Bischof, Liehig, Brunner, Struve, etc., se sont occupés du dernier mode, par lequel des eaux pluviales deviennent minérales ; et M. Struve a peut-être poussé la chose trop loin en voulant reproduire ainsi artificiellement les eaux minérales. MM. Stifft et Muller lui ont fait ce reproche, et ce dernier n’a pas obtenu par les procédés de M. Struve tous les résultats annoncés par ce dernier.

Les sources produites ainsi dans certaines localités par le lavage des roches au moyen des eaux pluviales ne pourraient comprendre que certaines sources minérales froides hydro-sulfureuses, ferrugineuses, salées, à sulfate de magnésie, à salpètre ou alun.

Les laboratoires où ces eaux se minéraliseraient seraient dans des dépôts de gypse, de Muschelkalk, de Keuper du de grès pyriteux, de sel, de houille et de lignite. En général ces sources sourdent dans le pays plat au milieu des alluvions ; et d’après M. Osann elles n’atteignent jamais en Allemagne un niveau plus élevé que 6 à 800 pieds.

L’autre classe des eaux minérale ou les eaux volcaniques comprendraient les eaux thermales et acidules, et surtout les sources acidules chargées de soude et de fer. Le foyer d’où elles dérivent est situé, non pas à la surface terrestre comme pour les autres, mais sous la croûte terrestre, et elles sourdent des roches primaires, intermédiaires et ignées. On les trouve à des niveaux très divers, tantôt a de grandes élévations, tantôt dans des bas-fonds,