Page:Bulletin de la société géologique de France - 1re série - 2 - 1831-1832.djvu/379

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



M. Philipps est chargé de dresser un catalogue systématique des fossiles des îles britanniques ; on désire qui il soit aussi complet que possible, et qu’il y indique le gisement, les localités et les espèces non décrites.

M. Robert Stevenson est chargé de faire un rapport sur les destructions et l’extension de la côte orientale de l’Angleterre, et de s’occuper de la question de la permanence du niveau relatif de la mer et de la terre ferme.


──────


M. Clément Mullet présente une tête humaine fort ancienne trouvée dans un caveau funéraire à Nogent-les-Vierges, près Creil, département de l’Oise. Il donne à ce sujet les explications suivantes :

« Cette tête paraît présenter beaucoup d’analogie avec celles dont M. Tessier a déjà entretenu la Société de géologie. Le caveau sépulcral où cette tête fut rencontrée a déjà fixé l’attention des savans ; il existe un mémoire de M. Barbier du Bocage sur ce sujet, inséré dans les Mémoires de la Société des antiquaires de France, tom. II, 1821, page 298. Mais l’auteur n’a considéré cette découverte que sous le rapport historique ; il a laissé de côté toutes les considérations physiologiques. Cette tête appartenait en un squelette qui fut trouvé, avec deux cents autres environ, à Nogent-les-Vierges, dans une cavité alors remplie d’une terre argileuse assez compacte. Tout porte à croire que ce fut un caveau sépulcral où furent déposés les cadavres de guerriers tués dans un combat. Ce qui conduit à cette opinion, c’est d’abord parce qu’on a trouvé des armes en silex, dont la figure accompagne le mémoire cité ; ensuite, parce qu’une tête porte une ouverture faite par un instrument tranchant. Cet individu, est-il dit dans la mémoire, n’est pas mort sur le coup, car des lames osseuses formées sur les bords de la plaie témoignent qu’il a dû vivre encore plusieurs années. Telle fut l’opinion de M. Cuvier.

« On n’a pu reconnaître de quel côté la tête du cadavre fut tournée, observation importante à faire dans l’examen des sépultures antiques. Ces têtes étaient bien conservées, comme le fait voir l’échantillon. Quelques personnes qui ont visité le caveau de Nogent-les-Vierges ont parlé d’une tête d’une dimension plus grande que toutes les autres, et surtout remarquable par sa blancheur Le mémoire de la Société des antiquaires n’en dit rien.