Page:Bulletin de la société géologique de France - 1re série - 3 - 1832-1833.djvu/150

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et Berlin, 1831.) La description clés insectes de l’ambre, comme celle des autres insectes fossiles, est presque entièrement à faire ; car l’on s’est contenté le plus souvent jusqu’ici d’indications vagues.

En 1742, Sendel avait hasarde quelques rapprochemens au moyen des figures de Frisch. (Historia succinorum corpora aliena, etc. Leipz.)

M. de Schlotheim a cité dans l’ambre les genres suivons : Ciemx, Blatta, Tenthredo, Vespa, Cynips, Ichneumon, Formica, Termes, Tipula, Culex, Empis, Musca, Curculio, Lepisma, Phalangium, Aranea, Chysomela, Hydrophylus, Fabric.

Les seules véritables déterminations des espèces fossiles ont été faites par M. Schweigger, dans ses observations sur l’ambre, annexées à son ouvrage intitulé : Beobachtungen auf natur historischen Reisen, Berlin, 1819 ; par M. Germar, dans son Magasin pour l’Entomologie (1re année et 1er cahier. Halle, 1813) ; et par MM. Brongniart, Desmarest et Defrance.

Résumant les observations de ces derniers observateurs, M. Marcel de Serres y reconnaît des araignées, des scorpions (Schweigger) ; des Aptères du genre Scolopendra (Sendelius) ; des Coléoptères, des genres Elater, Atroctocerus, Curculio, Platypus, Hylesinus, Apate, Ips et Lyctus (Fabric.), Chrysomela, etc. ; des Orthoptères, des genres Mantis et Grillus ; des Hémiptères, des genres Cimex et Pentatoma ; des Neuroptères, des genres Ephemera, Termes, Perla et Phryganca, des Hyménoptères des genres Ichneumon et Formica ; des Lépidoptères ainsi que des Diptères, des genres Tipula, Bibio, Empis et Musca.

M. le docteur Behrendt, résidant à Dantzig, au centre du pays le plus riche en ambre, est parvenu à en rassembler 1,200 morceaux, dont 750 contiennent des insectes et offrent 600 espèces.

D’après cet auteur, l’ambre est un suc résineux végétal, qui a enveloppé des insectes comme le fait encore la résine de Copal au Brésil. L’ambre est accompagné de bois et rarement de graines paraissant appartenir aux Conifères.

Les rapports sur des crapauds, des reptiles, etc., renfermés dans l’ambre, sont faux ; l’auteur a examiné très soigneusement et fait polir beaucoup de morceaux d’ambre, et n’y a jamais vu que des insectes.

Lors de la formation de l’ambre les insectes paraissent