Page:Bulletin de la société géologique de France - 1re série - 3 - 1832-1833.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


non scientifiques de M. quetelet (publiées en 1823). elle est située à extrémité méridionale de plusieurs bandes calcaires qui vont du sud-est au nord-est, alternent avec des bandes de schiste argileux et de grauwacke, et comprennent ainsi tout le terrain entre les Ardennes, au midi, et le bassin houiller de Liège, au nord.

La bande du calcaire de montagne de Remouchamps touche presque la plus méridionale de deux énormes chaînes de poudingoes qui font partie du grès rouge ancien et qui traversent toute la Belgique, depuis Montigny-sur-Roc, à l’ouest, jusqu’à Poleur, à l’est du royaume. À Remouchamps ces deux bandes se rapprochent et enclavent un grand nombre de couches subordonnée dont la composition est identique avec celle du terrain ardennais. du midi, et de celui du nord, au-delà de ces chaînes ; dépôt qui s’étend au-dessous du bassin de la formation houillère.

L’auteur admet que ces terrains sont intermédiaires et ont été relevés et plissés de bas en haut d’où proviennent les couches en forme de toit ou de murailles, les déchirures, etc. La grotte aurait été formée de même par ce soulèvement ; les bandes de calcaires se seraient solidifiées avant les autres. De semblables excavations abondent dans ce sol intermédiaire ; l’action de l’eau n’aurait fait qu’augmenter l’étendue des cavités, et y aurait charrié le limon et les débris des animaux carnivores, etc., qui habitaient les montagnes émergées.

la grotte se trouve placée à l’endroit où la direction de la bande calcaire et celle des poudingues qui l’avoisine, subirent une inflexion partielle en déviant brusquement de leur direction ordinaire de 67° nord vers l’ouest, par un coude qui se dirige du nord vers l’est ; inflexion qui correspond à un changement analogue dans la direction des résultantes des forces qui ont produit le plissement, et qui dans tous les points de la bande sont perpendiculaires à sa direction. La stalagmite de cette cavité contient beaucoup d’ossemens d’animaux domestiques, et à 3 ou 4 mètres, on a trouvé le fragment d’une mâchoire d’hyène avec ses dents. Près du précipice de la rivière du Rubicon, qui passe dans la grotte, on a découvert les ossemens d’un petit rongeur.

L’auteur donne ensuite une description topographique, une fort belle coupe verticale des sinuosités souterraines, des coupes transversales, et une belle projection horizontale à vue d’oiseau. Les autres planches représentent divers stalactites.

Dans la séance du 4 février 1832 de l’Académie de Bruxelles, M. Cauchy a fait part de deux découvertes ; l’une faite à Samson