Page:Bulletin de la société géologique de France - 1re série - 4 - 1833-1834.djvu/198

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


entre la vallée du Milbach et Belfort, région presque entièrement composée de roches cristallines, recouvertes ça et la par des dépôts de sédiment, l’observateur remarquera que, d’après leurs formes, les montagnes peuvent être divisées en deux grandes classes.

Au N. d’une ligne brisée, fort irrégulière, qui passerait par Saint-Bresson, Corravillers (Haute-Saône), Ramonchamps, Bussang (Vosges), Odren, le Rotabac, Metzeral, Lautenbach et Guebwiller (Haut-Rhin), toutes les formes sont plus ou moins aplaties, les pentes sont généralement données, les vallées larges, assez régulières ; et la plus grande partie de la surface du sol est couverte de belles forêts de sapins.

Au S. de cette ligne, jusqu’à l’extrémité de la chaîne, les montagnes ont des formes coniques très prononcées, à l’exception cependant du massif des ballons d’Alsace et de Servence, qui présente des formes analogues à celles de la région septentrionale. Les pentes sont très rapides, les vallées étroites et tortueuses ; enfin, dans les forêts, qui couvrent encore la plus grande partie de la surface du sol, les hêtres sont toujours mêlés aux sapins, et souvent ils dominent ; cependant les montagnes de cette région sont généralement plus élevées que celles de la région septentrionale.

Formation des trapps. (Voyez la pl., fig. 8.)

Dans le fond des vallées, au pied des montagnes coniques les plus élevées (sur la route de Bussang à Saint-Amarin, au pied du ballon de Guebwiller, du Rosberg et du Gresson, etc. etc.), se montre une roche noire, compacte, Trapp, Aphanite de M. Brongniart, qui tantôt est massive, et tantôt présente des apparences de stratification, quelquefois assez prononcées pour qu’on puisse la croire divisée en couches verticales ; mais un examen prolongé fait voir que ces fissures ne se continuent pas, et qu’elles sont souvent traversées par d’autres qui déterminent des systèmes de couches coupant le premier sous différens angles. Cette roche est souvent fissile ; elle devient même schisteuse au point qu’on pourrait la confondre avec certaines phyllades ; elle renferme alors des débris de végétaux (equisetum.)

Dans ses parties les plus inférieures, le trapp n’est mélangé avec aucune autre roche ; on y observe quelques filons de quarz blanc et de chaux carbonatée, mais point de filons métalliques. C’est de là que j’ai vu sortir dans les Vosges et dans la forêt Noire plusieurs sources minérales (Bussang, Badenviller, etc.). Je n’ai