Page:Bulletin de la société géologique de France - 1re série - 4 - 1833-1834.djvu/401

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le terrain d’alluvion que je vais décrire : parfois ils sont disposés par lits assez distincts et parallèles à la surface du sol, c’est-à-dire qu’ils sont tantôt horizontaux, tantôt inclinés ; il en existe un remarquable dans la partie inférieure de la couche d’argile du terrain d’alluvion à Damery ; il est très mince, se présente dans une grande longueur en formant une ligne parfaitement droite et presque horizontale comme la surface du sol. Toutes ces circonstances annoncent un dépôt tranquille.

Les silex ne sont point partout dans le même état ; ils se présentent dans le département sous quatre aspects bien différens (non compris l’état des galets dans lequel ils s’offrent aussi, comme on l’a vu plus haut). Ils sont presque tous entiers et dans leur forme irrégulière ; ils ont de fortes protubérances, ou ces protubérances sont peu sensibles ; tantôt la moitié environ offre des cassures ; ailleurs il en est très peu qui soient entiers, ce ne sont que des fragmens. Selon l’état des silex (autant que je l’ai pu remarquer dans un nombre de cas, insuffisans, il est vrai, pour l’affirmer d’une manière certaine) les oursins pétrifiés qu’on trouve parmi eux appartiennent à des espèces différentes ; un examen attentif des silex pourrait peut-être conduire à connaître la du rection des courans d’eau qui les ont déposés avec les terrains dans lesquels on les rencontre.

On trouve dans l’arrondissement de Montdidier des empreintes de peignes sur des silex, et des oursins du genre Spatangue, convertis en silex. Des silex qui ont été brisés offrent quelquefois sur la cassure de petits cristaux de même matière et qui ont été formés après cet accident :

Sur les coteaux situés a droite de l’Avie, près des communes d’Arvilliers et du Plessis-Rosainvillers, les silex sont assez abondans et disséminés à la surface du sol ou forment des amas. On y trouve mêlés beaucoup de petits galets de grès, et des fragmens de grès calcaires, dont les aspérités sont émoussées ; ces derniers contiennent des nummulithes et d’autres coquillages.

Les petites collines au S. et au S.-E. de Vesle, contiennent, au-dessous de la terre végétale, des amas irréguliers de quelques pieds d’épaisseur de silex roulés, enveloppés dans un sable vert, dur au toucher ; quelquefois ce sable ne contient aucun silex. Au-dessous se trouve la craie en grain qui paraît avoir été remaniée par les eaux dans une épaisseur de plus de 15 pieds, car elle contient de gros fragmens de pierre calcaire et quelques silex, sans aucune disposition régulière et horizontale, comme on l’observe ailleurs dans le département.