Page:Bulletin du comité historique des arts et monuments, volume 1, 1849.djvu/133

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 115 —

Support à vis à caler 
 12f 00s
Châssis à glaces pour la chambre noire, normal 
 12f 00s
Idem, 1/2 
 10f 00s
Presses à glaces pour le papier positif 
 12f 00s
Idem, 1/2 
 10f 00s
Portraits sur papier, grandeur normale, une épreuve positive 
 15f 00s
Idem, deux épreuves positives 
 22f 00s
Idem, trois épreuves positives 
 25f 00s
Idem, chaque épreuve en sus 
 2f 00s
Idem, une épreuve sur 1/2 
 10f 00s
Idem, deux épreuves sur 1/2 
 15f 00s
Papier non préparé pour négatif, la main 
 1f 50s
Papier anglais non préparé pour positif, la main 
 5f 00s
Première préparation pour papier négatif, le flacon de 90 grammes 
 1f 25s
Iodure de potassium, le flacon de 550 grammes 
 5f 00s
Préparation pour mettre à la chambre noire, le flacon 
 3f 50s
Acide gallique saturé, le flacon de 250 grammes 
 12f 00s
Préparation pour fixer l’épreuve, le flacon de 500 gr 
 2f 50s
Deuxième préparation pour le papier positif, le flacon de 90 grammes 
 5f 00s


Notes communiquées au comité des arts et monuments par M. Albert de Luynes, vice-président du comité.
Note A (voir page 104).

Le meilleur papier photographique est celui que l’on prépare exprès en Angleterre. On en trouve rue Vivienne, n° 10.

Note B (page 106).

Il est facile d’éviter l’emploi des deux glaces de la manière suivante : On trempe une feuille de papier ordinaire dans de l’eau distillée ; on l’étend sur la plaque de verre, en ayant bien soin qu’il ne reste pas de bulles d’air dessous ; puis, le papier négatif étant préparé au nitrate d’argent et à l’iodure de potassium, on l’humecte du côté non nitraté, en le déposant sur un bain d’eau distillée. Quand il est bien imbibé, on le dépose sur le papier ordinaire encore humide et déjà étendu sur la glace. Ensuite, on verse l’acéto-nitrate sur le papier négatif, et on l’étend légèrement, au moyen d’une bande de papier, au lieu de pinceau.

Note C (page 107, note 2).

Si l’on veut obtenir de très-bonnes épreuves, il est utile de faire satiner les types négatifs obtenus, et même de les cirer, au moyen d’un peu de cire étendue avec un fer chaud à repasser. Le procédé Martens doit être ainsi un peu modifié.