Page:Bulletin du comité historique des arts et monuments, volume 1, 1849.djvu/88

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 74 —

vêtements ecclésiastiques pour la ville de Beaune. Cette ville est riche en meubles, vêtements et reliquaires anciens.

M. de Portalon, correspondant de Béziers, envoie un extrait des procès-verbaux constatant la visite faite dans la cathédrale de Béziers par M. de Bouzy, évêque du diocèse de Béziers. Un passage important constate les objets précieux, meubles, vêtements et reliquaires, qui appartenaient à cette cathédrale.

Le comité désire recevoir la suite de ces procès-verbaux, que M. de Portalon offre d’envoyer.

M. Chaudruc de Crazannes envoie des observations sur les tapisseries historiées de Montpezat (Tarn-et-Garonne).

M. Doublet de Boisthibault, correspondant de Chartres, envoie la copie de deux inventaires inédits relatifs aux meubles et ornements ecclésiastiques que possédait autrefois la cathédrale de Chartres ; il y joint un procès-verbal relatif au voile de la Vierge et le dessin de la crosse de Ragenfroy, évêque de Chartres en 941.

M. A. Barthélemy, correspondant de Saint-Brieuc, envoie l’extrait d’un ancien inventaire du trésor de la cathédrale de Saint-Brieuc.

M. l’abbé Poisson, vicaire d’Orléans, envoie l’inventaire de l’argenterie de la sacristie de Saint-Père de Chartres. Cet inventaire fut dressé en 1559.

M. A. d’Héricourt, correspondant d’Arras, adresse le poids des objets d’argent et de vermeil provenant des maisons religieuses de Béthune, et qui furent envoyés à la Monnaie de Paris pendant la Révolution.

M. l’abbé Barraud, directeur au grand séminaire de Beauvais, correspondant, envoie l’inventaire des œuvres d’orfèvrerie religieuse qu’il possède ou qui existent dans le diocèse de Beauvais.

M. le préfet de l’Aube et l’administration diocésaine de Troyes transmettent des renseignements sur l’état ancien et actuel d’une châsse romane que possède l’église de Villenauxe. M. Charles Fichot, correspondant de Troyes, avait appelé l’attention de l’administration sur cette châsse, qui paraissait négligée. Il résulte des renseignements envoyés, que la châsse est en mauvais état, mais cet état est ancien, et cette œuvre de l’orfèvrerie du xiie siècle est aujourd’hui conservée avec soin et respect.

M. le baron F. de Roisin, correspondant à Trèves, envoie un rapport étendu sur les fouilles exécutées aux abords de la cathé-