Page:Bulletin et mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine, volume 8.djvu/242

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
— 239 —

Je suis porté a croire, bien que je ne puisse donner a-rtcune preuve a l’appui, que cette. paroisse était traversée par une voie romaine qui devait se rendre de Jublains à Rennes ou à

Corscult ; Cette voie ; dont le premier tronçon est reconnu ’

entre Jublains et la Mayeuue qu’elle traversait, près du bourg de Moulay, n’a pasiété, ce me semble, recherchée dîme manière assez sérieuse dans notre département. La découverte des tombeaux de la Jalesue, le nom de notre paroisse, — enfin celui d’un champ près de la Jalesue, qu’un aveu du xvn“ siècle

— désigne sous le nom de champde dessus la voie, me font sir-p :

poser que des recherches soigneusement faites dans ces parages pourraient avoir un heureux résultat. Cunriosités itattrrelles,— À un kilomètre environ du bourg de Dompierre, à. droite de la route départementale de Feugères à Laval, et a une petite distance du point (Pintersection de celle-ci avec le chemin de fer, ou aperçoit un groupe de rochers dont la disposition est fort remarquable. Il consiste

en deux masses énormes, placées en face Puue de Parure, de" i

chaque côté d’.une profonde vallée au milieu-de laquelle coule un faible ruisseau,.qui n’est autre que lu rivière de Cantache. Ce groupe de rochers, qui a perdu beaucoup de l’aspect à la fois grandiose et pittoresque qu’il avait autrefois, depuis que Fou exploite le quartzite dont il est formé pour Yeutretien des routes dans la cotitrée, porte dans le pays le nom de Saul-Rolland, sous lequel il est devenu légendaire.. —« S’il faut, en eliet, s’en rapporter la tradition, le héros de la chevalerie fabuleuse, le fameux Rolland, aurait un jour franchi avec son cheval l’intervalle de cent mètres qui sépare les deux rochers, et cela même a plusieurs reprises. Une première fois, ce fut pour le ben JDÏGZL, et un bond de son coursierlle lança sur la roche opposée. Une seconde fois, ce lut pour la bonne Vieiêgg, et un effort du généreux palt-ifroi le reporte à Fendroit d’oii7il- était parti ; enfin, il essaya de sau-