Page:Burnouf - Lotus de la bonne loi.djvu/59

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


leur intelligence est-elle ignorante, et pourquoi n’existe-t-il en elles aucune pensé pour l’état de Buddha ?

141. Les créatures pleines de folie, qui apprenant que ce véhicule unique, qui est le mien, a été mis au jour par ces [anciens] Djinas, oseront dans l’avenir mépriser les Sûtras, iront dans l’Enfer.

142. Mais les êtres purs et pleins de pudeur qui sont parvenus à l’état excellent et suprême de Bôdhi, je leur fais, moi qui suis intrépide, des éloges sans fin de ce véhicule unique.

143. C’est là l’enseignement des Guides [du monde] ; c’est là l’excellente habileté dans l’emploi des moyens, qu’ils ont exposée dans beaucoup de paraboles, car cela est difficile à comprendre pour ceux qui ne sont pas instruits.

144. C’est pourquoi, après avoir compris le langage énigmatique des Buddhas, de ces Protecteurs qui sont les Maîtres du monde, après avoir renoncé à l’incertitude et au doute, vous serez des Buddhas, ressentez-en de la joie.



CHAPITRE III.


LA PARABOLE.


Alors le respectable Çâriputtra, satisfait en ce moment, ravi, l’âme transportée, plein de joie, rempli de contentement et de plaisir, ayant dirigé ses mains jointes en signe de respect du côté où était assis Bhagavat, tenant ses yeux fixés sur lui, lui adressa ces paroles : J’éprouve de l’étonnement, de la surprise, ô Bhagavat ; j’éprouve de la satisfaction en entendant ce discours de la bouche de Bhagavat. Pourquoi cela ? C’est que n’ayant pas entendu jusqu’à présent cette loi en présence de Bhagavat, voyant d’autres Bôdhisattvas et entendant parler de Bôdhisattvas qui auront le nom de Buddhas dans l’avenir, j’éprouve un chagrin extrême, une vive douleur, en songeant que je suis déchu de cet objet qui est la science des Tathâgatas, qui est la vue de la science. Et quand, ô Bhagavat, je recherche sans relâche, pour m’y arrêter pendant le jour, les montagnes, les cavernes des montagnes, les forêts immenses, les ermitages, les fleuves et les troncs des arbres solitaires, alors même, ô Bhagavat, je me retrouve toujours avec