Page:Busch - Découvertes d’un bibliophile.djvu/45

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


malgré le sentiment pénible que j’éprouve, puisqu’elle est en contradiction manifeste avec l’épigramme dont il vient d’être question : « Liceret tamen in fornicationis actu copulam abrumpere, ex odio et displicentia peccati, quamvis quasi necessario tunc semen effunderetur extra vas !!! » (Quand l’apôtre saint Paul a dit, Eph. V, 3, que la fornication ne soit pas même nommée entre vous !!) — Les l. 23 et suivantes de la même page 29 contiennent des horreurs si révoltantes que je m’abstiendrai de les répéter. Enfin la dernière ligne de la même page et la première de la p. 30 ordonnent une chose impossible à exécuter. Les lignes suivantes renferment une discussion et des subdistinctions d’un effroyable cynisme.

P. 31, l. 7 à 11, on admet qu’on puisse PRÉVOIR le péché qui résultera d’une certaine action, et continuer même cette action, pourvu que l’INTENTION ne soit point dirigée vers le péché : « Modo non INTENTA fuerit. » — P. 32, « ratio quartæ regulæ, » on développe cette théorie et on cite des exemples d’occasions où on peut tomber innocemment dans le péché tout en le PRÉVOYANT, entre autres : « Qui se vel alium… mundandi gratia aspicit vel tangit, .....honestum col-