Page:Busch - Découvertes d’un bibliophile.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vit virginem, virginitatis circumstantiam declarare debeat. Alii affirmant, alii negant probabilius, quia ad stuprum requiritur defloratio virginis, et fractio claustri virginalis, quæ non fit nisi per penetrationem vasis debiti [1]. » Je dois faire observer ici que l’ouvrage si tristement célèbre de Sanchez, De Matrimonio, est un grand volume in-folio, qui se paie de 20 à 30 fr., et qu’on se procure difficilement, tandis que nous analysons une brochure in-8° de 192 pages, dont le prix est à la portée de tout le monde !!

P. 38, l. 9 et suivantes, on excuse un cas de bestialité en le faisant passer pour un péché ordinaire : « Reperire est etiam mulieres et puellas quæ, cùm veneream voluptatem ex minoris bestiæ linguâ lambente ceperint aut pollutionem sint expertæ, valdè

  1. « PERIT ET MENTE VIRGINITAS. » (Hieron. ad Eustoch. de cuttodia virginitatis.) « Sic erudienda est anima quæ futura est templum Dei : nihil aliud discat audire, nihil loqui, nisi quod ad timorem Dei pertinet. Turpia verba non intelligat… » (ad Lœlam). — « VENENATÆ SUNT HUJUSMODI CONFABULATIONES, super quarum damnatione, sæcularem versum assumens, apostolus fecit ecclesiasticum : corrumpunt mores bonos confabulationes malæ. » ( Ibid. ) « — NEMO INTER SERPENTES ET SCORPIONES SECURUS INGREDITUR… Adversarius noster Diabolus tanquam leo rugiens aliquem devorare quærens circuit » (ad Eustoch.).