Page:Butin - Le Corset.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

— 6 —

public hommage de nos sentiments de gratitude les plus émus et les plus sincères.

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Avant de terminer cette préface, nous avons un autre devoir à remplir : remercier tous ceux qui, en s’intéressant à nous, nous ont permis de mener à bien cette double tâche : terminer nos études médicales et remplir nos devoirs de jeune chef de famille.

En nous accueillant si favorablement sur la terre Algérienne, M. Knœrtzer s’est acquis un titre à notre meilleur souvenir.

Mme Dromer, M. Eck, M. Charles Marq et M. André de Joncières nous ont aidé dans les moments difficiles. Nous leur adressons l’hommage de nos meilleurs remerciements et de notre affectueux dévouement.

M. Christian, Directeur de l’Imprimerie Nationale, et M. Hyérard, Directeur du Cabinet de M. le Préfet de la Seine, nous ont donné de précieux témoignages de l’intérêt qu’ils nous portent. Nous les en remercions de tout cœur.

À ces noms aimés, nous ajouterons celui de notre ami Monthus, interne des Hôpitaux, qui fut toujours si bon et si serviable pour nous.