Page:C14 - Émeutes de Québec de 1918 - Témoignage du Dr Georges St-Amand, médecin militaire, attaché au Deuxième Bataillon BAnQ Québec E17S10D1661-918.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Q. Comment est-il monté à l’Hopital militaire ?

R. Dans l’ambulance.

Q. Où était l’ambulance ?

R. J’étais avec l’ambulance.

Le Coroner. — Est-ce que vous êtes monté avec lui ?

R. Non, il y avait deux ambulanciers avec.

Q. Est-ce que l’ambulance a été là toute la soirée ?

R. Pas toute la soirée. Vers dix heures, lorsqu’on a vu que les pertes devenaient tellement grandes, on a fait demander l’ambulance militaire pour qu’elle reste au Merger pour aller chercher deux ou trois blessés, le Dr Leclerc et deux civils dans la rue St.-Valier avec M. Blouin et un autre dont je ne me rappelle pas le nom.

Q. Les ambulanciers étaient-ils des membres du corps médical ?

R. Oui.

Q. Ils étaient habitués à donner les soins ?

R. Oui Monsieur.


INTERROGÉ par le Coroner.

Q. Avez-vous dans votre hopital plusieurs blessés civils qui ont été blessés ce soir ? dans cette émeute là ?

R. Pour moi j’en ai envoyé deux.

Q. Des civils ?

R. Oui.

Q. Sont-ils encore là ?

R. Oui.

Q. Quels sont leurs noms ?

R. L’autre je ne me rappelle pas de son nom — Joseph Alfred Mercier.