Page:Calloch - A Genoux.djvu/104

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


C’est pourquoi, lorsque la Vraie Doctrine vint de l’Orient, — Quand ma pauvre Race entendit les commandements du Christ, — Quand elle connut l’Évangile plein de douceur, — Une allégresse immense trembla dans son cœur triste.

Elle n’offrit au nom de Jésus aucune résistance, — Oh ! aucune ! — Ceci sera toujours l’honneur de nos Pères à nous : — Dans tous les autres pays ils ont eu des martyrs, — Seule la Celtie n’en a fait aucun.

Elle qui souriait jadis de la sagesse de l’Hellade, — Elle consacra à cette croyance-ci les meilleurs de ses enfants ; — Aux pieds du Dieu du Calvaire elle jeta son épée de fer, — Et à travers les siècles elle Lui est restée fidèle.

Les ennemis de son Dieu sont devenus les siens ; — Pour lui elle a marché aux batailles effroyables,