Page:Calloch - A Genoux.djvu/111

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Malheur à qui les imite ! Car làs-bas ils ne vénèrent — Plus qu’un maître : l’argent. — Le temple du Veau d’or est chez eux plein d’adorateurs, — Chaque heure voit grossir la foule sur son seuil… — Et sans que nul ne se lève pour aller sur Ses traces, — Dans les villes d’Amérique Jésus traîne sa Croix.

Tu fus chrétienne dans le passé, — Vieille Europe couverte de plaies ; Mais tu avais oublié le chemin, — Le chemin qui mène aux Églises… — La France, balançant un berceau sans enfants, — Chantait une chanson païenne à la volupté ; — Dans chaque pays il n’y avait que querelles entre frères ; — Et l’Homme Blanc de Rome avait de sombres pensées. — Car en tout lieu régnait le Mal, apparent ou caché. — Ô pauvre Europe, tu étais endormie dans ton péché.