Page:Calloch - A Genoux.djvu/175

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Que de bien encore, le doux prêtre — N’a-t-il pas fait sans bruit ! — Ses largesses, en tout lieu — Se répandaient à travers tout le pays.

Il est maintenant endormi là-bas — Dans sa tombe profonde au cimetière de Groix ; — Son corps est endormi, mais son âme — Est à voler dans le ciel.

Vers un monde plus heureux il est allé. — Pleurons sur la perte que nous avons faite, — Mais disons aussi des prières — Pour lui, du fond du cœur.

Quand nous irons prier au cimetière — Sur les reliques de nos parents aimés, — Monsieur Noël, sur votre tombe — Pour vous aussi nous prierons Dieu.