Page:Calloch - A Genoux.djvu/47

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Considère autour de toi. Ou as-tu vu prier comme en ce lieu-ci ?

Devant les flambeaux allumés, on entend sangloter des âmes ; ici se fait la meilleure prière, la prière des regards.

Pourquoi parlerais-je ?… Ils savent bien, tous les deux, quelle espèce de mal est mon mal.

Ils savent mes faiblesses, et mon péché, et ma honte immense,

Et que mon cœur mortel est prisonnier dans les serres du milan sombre du Désespoir.

Il n’y a pas besoin de parler à ma Mère pour qu’elle sache. Elle lit clairement au fond de moi.

« Je me suis jeté à vos pieds, O Mère, comme un homme ivre. Je suis ivre de chagrin, et je suis muet.

Mes yeux cherchent vos yeux, la lumière de vos yeux, la paix de votre front de Vierge.