Page:Calloch - A Genoux.djvu/94

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


VII


TALITHA, CUMI




Depuis le matin ils marchaient à travers la rosée, — Et maintenant le soleil de midi s’élevait à pic dans l’air ; — La sueur coulait sur le front du Prophète, — et la poussière des chemins couvrait ses pieds lassés.

Arrivés au lac : « Traversons », dit le Maître. — Les Douze mirent à la voile, et les voilà en route ; — La brise chantait dans les agrès, comme ils allaient, — La mer baisait doucement les flancs du bateau.

Ils ont atterri. La barque est échouée sur le sable. — Mais elle a été reconnue de loin. À peine le Maître a-t-il le temps de gravir le sentier là-bas, — Aussitôt de chaque région le peuple accourt avec hâte.