Page:Calloch - A Genoux.djvu/95

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et mille voix en chœur hurlent mille hosannas, — Qui font trembler les rochers et les côtes, — À chacun Jésus parle avec tendresse, — Mais bientôt devant Lui un homme s’agenouille :

« Maître, la foudre du malheur est tombée sur ma maison. — Je m’appelle Jaïre, et je n’ai qu’une fille, — Et elle a été frappée aujourd’hui du mal qui tue. — Oh ! venez, et étendez Votre main au-dessus d’elle,

Et ma fille se lèvera et sourira encore. — Maître, ne m’abandonnez pas, je Vous en prie, à cette heure, — Venez tout de suite, ce n’est pas bien loin d’ici, — Ce sera trop tard si vous attendez demain. »