Page:Calloch - A Genoux.djvu/99

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et la voici maintenant, prise d’un mal étrange, — Voici que nous l’avons perdue, et nous n’avions qu’elle pour tout bien.

Car la fille dont nous sommes en deuil est notre patrie, — Bretagne qu’ils ont mise, Maître, sur les tréteaux funèbres, — Depuis le jour lointain des libertés perdues, — Elle est étendue, sans force, et ne revient pas à elle.

Autour d’elle aussi nous entendons faire du bruit, — Les pleureurs hypocrites dont la douleur est mensonge ; Mais Vous, Maître, celle qui est là, Vous l’aimez ; — Pourquoi n’étendez-Vous pas Votre main de Dieu sur son front ?

Ô Jésus ! ô Jésus ! Nous avons la foi, pourtant ! — Nous croyons que Vous êtes le fils de Dieu, le Créateur, le Sauveur, — Nous sommes ceux qui se lèvent toujours quand on appelle — à combattre pour votre Croix. Hier est caution de demain.