Page:Cambry - Description du département de l’Oise - Tome 1.djvu/152

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quelques détails précieux aux amis de l’antiquité et de l’architecture. Le vaste portail de ce petit temple est orné d’animaux sculptés avec quelque délicatesse ; lapins, hippopotames, têtes singulières, perdrix, oiseaux de diverses espèces, qui ne sont pour la plupart des hommes que des caprices de sculpteurs. Je remarquai, parmi les ornements de ce portail un dessin à la grecque, parfaitement exécuté ; il en garnit le plus grand cintre. Cette chapelle est vieille sans doute, mais de beaucoup postérieure à celle de Trie : si quelque monument pouvoit approcher de l’ancienneté de cette dernière église ce seroit le vieux château de la Ville-Tertre[1] ; masse de pierre indestructible, dont on ne voit plus qu’une chambre, une énorme cheminée, des pans de murs, et des fenêtres à cintres pleins, ornées de colonnes, qui rappelleroient l’ancien palais de nos princes de la première ou de la seconde race à Beauvais, ou quelques morceaux de S. Lucien.

Nous sommes aux bornes du département de l’Oise ; dans cette partie il se termine à Boucouvillers, où jadis un poteau marquoit la séparation de la généralité de Paris et de celle de Rouen.

Je ne détaillerai pas la variété d’aspect qu’on peut avoir sans la moindre fatigue, en faisant le tour du château ; tous les genres de paysages pas-

  1. Ce château fut renversé par les Anglais.