Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Poissons, & de la Terre, tout ce qu’on en peut tirer.

Néanmoins lorsqu’il survient des années stériles, ils meurent de faim par milliers, malgré le soin de l’Empereur, qui fait des amas de riz pour de pareils cas. Ainsi tous nombreux que sont les Habitans de la Chine, ils se proportionnent nécessairement aux moïens qu’ils ont de subsister, & ne passent pas le nombre que le Païs peut entretenir, suivant la façon de vivre dont ils se contentent ; & sur ce pié, un seul arpent de terre suffit pour en entretenir plusieurs.

D’un autre côté, il n’y a pas de Païs, où la multiplication des Hommes soit plus bornée que parmi les Sauvages de l’Amérique, dans l’intérieur des terres. Ils négligent l’Agriculture, ils habitent dans les Bois, & vivent de la Chasse des Animaux qu’ils y trouvent. Comme