Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/107

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les Arbres consument le suc & la substance de la terre, il y a peu d’herbe pour la nourriture de ces Animaux ; & comme un Indien en mange plusieurs dans l’année, cinquante à cent arpens de terre ne donnent souvent que la nourriture d’un seul Indien.

Un petit Peuple de ces Indiens aura quarante lieues quarrées d’étendue pour les limites de sa Chasse. Ils se font des guerres reglées & cruelles pour ces limites, & proportionnent toujours leur nombre aux moïens qu’ils trouvent de subsister par la Chasse.

Les Habitans de l’Europe cultivent les terres, & en tirent des grains pour leur subsistance. La laine des Moutons qu’ils nourrissent, leur sert d’habillement. Le froment est le grain dont le plus grand nombre se nourrit ; quoique plusieurs Païsans fassent leur pain de ségle, & dans le