Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


premiers Romains entretenoient chacun leur Famille, du produit de deux journaux de terre, qui ne faisoient qu’un arpent de Paris, & 330 piés quarrés, ou environ. Aussi ils étoient presque nus ; ils n’usoient ni de vin, ni d’huile, couchoient dans la paille, & n’avoient presque point de commodités ; mais comme ils travaillotent beaucoup la terre, qui est assez bonne aux environs de Rome, ils en tiroient beaucoup de grains & de légumes.

Si les Propriétaires de terres avoient à cœur la multiplication des Hommes, s’ils encourageoient les Païsans à se marier jeunes, & à élever des Enfans, par la promesse de pourvoir à leur subsistance, en destinant les terres uniquement à cela, ils multiplieroient sans doute les Hommes, jusqu’au nombre que les terres pourroient entretenir ;