Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


& cela suivant les produits de terre qu’ils destineroient à la subsistance de chacun, soit celui d’un arpent & demi, soit celui de quatre à cinq arpens, par tête.

Mais si au lieu de cela le Prince, où les Propriétaires de terres, les font emploïer à d’autres usages qu’à l’entretien des Habitans ; si, par le prix qu’ils donnent au Marché des denrées & marchandises, ils déterminent les Fermiers à mettre les terres à d’autres usages, que ceux qui servent à l’entretien des Hommes (car nous avons vû que le prix que les Propriétaires offrent au Marché, & la consommation qu’ils font, déterminent l’emploi qu’on fait des terres, de la même maniere que s’ils les faisoient valoir eux-mêmes), les Habitans diminueront nécessairement en nombre. Les uns faute d’emploi seront obligés de quitter le Païs,