Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


duction. Plus on entretient de Chevaux dans un État, & moins il restera de subsistance pour les Habitans. L’entretien des Chevaux de carrosse, de chasse ou de parade, coute souvent trois à quatre arpens de terre.

Mais lorsque les Seigneurs & les Propriétaires de terres tirent des Manufactures étrangeres, leurs draps, leurs soieries, leurs dentelles, &c. & s’ils les paient en envoïant chez l’Étranger le produit des denrées de l’État, ils diminuent parlà extraordinairement la subsistance des Habitans, & augmentent celle des Étrangers qui deviennent souvent les Ennemis de l’État.

Si un Propriétaire, ou Seigneur Polonois, à qui ses Fermiers paient annuellement une rente égale àpeuprès au produit du tiers de ses terres, se plaît à se servir de draps, de linges, &c. d’Hollande, il donnera pour ces