Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de l’industrie de ses Habitans.

Si les Dames de Paris se plaisent à porter des dentelles de Bruxelles, & si la France paie ces dentelles en vin de Champagne, il faudra païer le produit d’un seul arpent de lin, par le produit de plus de seize mille arpens en vignes, si j’ai bien calculé. On expliquera cela plus particuliérement ailleurs, & on en pourra voir les calculs au Supplément. Je me contenterai de remarquer ici qu’on ôte dans ce commerce un grand produit de terre à la subsistance des François, & que toutes les denrées qu’on envoie en Païs étrangers, lorsqu’on n’en fait pas revenir en échange un produit également considérable, tendent à diminuer le nombre des Habitans de l’État.

Lorsque j’ai dit que les Propriétaires de terres pourroient multiplier les Habitans à propor-