Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rier ils vivent pour la plûpart garçons, soit dans les Armées, soit dans les Cloîtres, mais rarement en trouvera-t-on qui ne soient prêts à se marier si on leur offre des Héritieres & des Fortunes, c’est-à-dire, le moïen d’entretenir une Famille sur le pié de vivre qu’ils ont en vue, & sans lequel ils croiroient rendre leurs Enfans malheureux.

Il se trouve aussi dans les classes inférieures de l’État plusieurs Hommes, qui, par orgueil & par des raisons semblables à celles de la Noblesse, aiment mieux vivre dans le Célibat, & dépenser sur eux-mêmes le peu de bien qu’ils ont, que de se mettre en ménage. Mais la plupart s’y mettroient volontiers, s’ils pouvoient compter sur un entretien pour leur Famille tel qu’ils le voudroient : ils croiroient faire tort à leurs Enfans, s’ils en élevoient pour les voir tomber dans une