Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


seconde partie de cet essai, que les Hommes ont été obligés par nécessité, de se servir d’une mesure commune, pour trouver dans le troc la proportion & la valeur des denrées & des marchandises dont ils vouloient faire échange. Il n’est question que de voir quelle doit être la denrée ou la marchandise qui est la plus propre pour cette mesure commune ; & si ce n’a pas été la nécessité, & non le goût, qui a fait donner cette préférence, à l’or, à l’argent & au cuivre, dont on se sert généralement aujourd’hui pour cet usage.

Les denrées ordinaires, telles que les grains, les vins, la viande, &c., ont bien une valeur réelle, & servent aux usages de la vie ; mais elles sont toutes périssables, & même incommodes pour le transport, & par conséquent peu propres pour servir de mesure commune.