Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vroient du peu de valeur réelle. Lorsque les Romains vers la fin de la premiere Guerre Punique, voulurent donner à des as de cuivre du poids de deux onces la même valeur qu’avoient auparavant les as du poids d’une livre ou de douze onces ; cela ne put pas se soutenir longtems dans le troc. Et l’on voit dans l’Histoire de tous les tems, que lorsque les Princes ont affoibli leurs monnoies en conservant la même valeur numeraire, toutes les marchandises & les denrées ont encheri dans la proportion de l’affoiblissement des monnoies.

M. Locke dit que le consentement des Hommes a donné une valeur à l’or & à l’argent. On n’en peut pas douter, puisque la nécessité absolue n’y a point eu de part. C’est le même consentement qui a donné, &