Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ville, les rentes que les Fermiers leur ont païées en gros articles, & que les Entrepreneurs des Villes, comme les Bouchers, les Boulangers, les Brasseurs, &c. ramassent peu-à-peu ce même argent, pour acheter des Fermiers, en gros articles, les Bœufs, le blé, l’orge, &c. Ainsi toutes les grosses sommes d’argent sont distribuées par petites sommes, & toutes les petites sommes sont ensuite ramassées pour faire des paiemens de grosses sommes aux Fermiers, directement ou indirectement, & cet argent passe toujours en gage tant en gros qu’en détail.

Lorsque j’ai dit qu’il faut nécessairement pour la circulation de la Campagne, une quantité d’argent, souvent égale en valeur à la moitié du produit des terres, c’est la moindre quantité ; & pour que la circulation de la Campagne se fasse avec facilité, je