Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/203

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


preneurs d’une Ville, qui ont continuellement affaire les uns aux autres peuvent pratiquer cette méthode ; & ces trocs par évaluations semblent épargner beaucoup d’argent comptant dans la circulation, ou du moins en accélerer le mouvement, en le rendant inutile dans plusieurs mains où il devroit nécessairement passer sans cette confiance & cette maniere de troquer par évaluation. Aussi ce n’est pas sans raison, qu’on dit communément, la confiance dans le commerce rend l’argent moins rare.

Les Orfévres & les Banquiers publics, dont les billets passent couramment en paiement, comme l’argent comptant, contribuent aussi à la vîtesse de la circulation, qui seroit retardée s’il falloit de l’argent effectif dans tous les paiemens où l’on se contente de ces billets ; & bien que ces Orfévres & Banquiers gar-