Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/221

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les ; & on retrancheroit une multitude de chevaux qui ne servent qu’à des voitures, sans nécessité. Ainsi les terres éloignées en rapporteroient des rentes plus considérables aux propriétaires, & l’inégalité de la circulation des Provinces & de la Capitale seroit mieux proportionnée & moins considérable.

Cependant, pour ériger ainsi des Manufactures, il faut non-seulement beaucoup d’encouragement & de fond, mais encore le moïen de s’assurer d’une consommation réguliere & constante, soit dans la Capitale même, soit dans quelques Païs étrangers, dont les retours puissent servir à la Capitale, pour faire les paiemens des marchandises qu’elle tire de ces Païs étrangers, ou pour les retours d’argent en nature.

Lorsqu’on érige ces Manufactures, on n’arrive pas d’abord