Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/222

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


à la perfection. Si quelque autre Province en a, qui soient plus belles, à meilleur marché, ou dont le voisinage de la Capitale, ou la commodité d’une Mer ou d’une Riviere qui y communiquent, en facilite considérablement le transport, les Manufactures en question n’auront pas de réussite. Il faut examiner toutes ces circonstances dans l’érection des Manufactures. Je ne me suis pas proposé d’en traiter dans cet Essai, mais seulement d’insinuer qu’on devroit, autant qu’il se peut, ériger des Manufactures dans les Provinces éloignées de la Capitale, pour les rendre plus considérables & pour y produire une circulation d’argent moins inégale à proportion de celle de la Capitale.

Car lorsqu’une Province éloignée n’a point de Manufacture, & ne produit que des denrées ordinaires sans avoir communi-