Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/225

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


commerce, qu’il tire tous les ans une balance constante d’argent de l’Étranger, la circulation y deviendra plus considérable que dans les Païs étrangers, l’argent y sera plus abondant & par conséquent la terre & le travail y deviendront insensiblement à plus haut prix. Cela fera que dans toutes les branches du commerce l’État en question échangera une plus petite quantité de terre & de travail avec l’Étranger, pour une plus grande, tant que ces circonstances dureront.

Que si quelque Étranger réside dans l’État en question, il sera à-peu-près dans la même situation & la même circonstance où est à Paris le Propriétaire qui a ses terres dans les Provinces éloignées.

La France, depuis l’érection en 1646 des Manufactures de draps, & des autres ouvrages qu’on y a faits ensuite, paroissoit