Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/243

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


raisons de politique, ou la curiosité, ou les divertissemens, peuvent engager à y faire quelque séjour ; par le transport des biens & des fortunes de quelques Familles qui, par des motifs de liberté de religion, ou par d’autres causes, quittent leur patrie pour s’établir dans cet État. Dans tous ces cas, les sommes qui entrent dans l’État y causent toujours une augmentation de dépenses & de consommation, & par conséquent encherissent toutes choses dans les canaux du troc où l’argent entre.

Supposons qu’un quart des habitans de l’État consomment journellement de la viande, du vin, de la bierre, &c. & se donnent fort fréquemment des habits, du linge, &c., avant l’introduction de l’augmentation de l’argent, mais qu’après cette introduction, un tiers ou une moitié des habitans consomment