Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ces mêmes choses, les prix de ces denrées & de ces marchandises ne manqueront pas de hausser, & la cherté de la viande déterminera plusieurs des habitans qui faisoient le quart de l’État, à en consommer moins qu’à l’ordinaire. Un Homme qui mange trois livres de viande par jour ne laissera pas de subsister avec deux livres, mais il sent ce retranchement ; au lieu que l’autre moitié des habitans qui n’en mangeoit presque point, ne s’en sentira pas. Le pain encherira à la vérité par degré, à cause de cette augmentation de consommation, comme je l’ai souvent insinué, mais il sera moins cher à proportion que la viande. L’augmentation du prix de la viande cause une diminution de la part d’une petite partie des habitans, ce qui la rend sensible ; mais l’augmentation du prix du pain diminue la part de