Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/257

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


peu-à-peu la consommation, & comme pour y suppléer, il faut tirer beaucoup de denrées de l’Étranger, il sort une partie de la balance annuelle pour les acheter. D’un autre côté, l’habitude de la dépense enchérissant le travail des Ouvriers, les prix des ouvrages des Manufactures haussent toujours ; & il ne manque pas d’arriver que quelques-uns des païs étrangers tâchent d’eriger chez eux les mêmes especes d’ouvrages & de Manufactures, au moïen de quoi ils cessent d’acheter ceux de l’État en question : & quoique ces nouveaux établissemens d’ouvrages & de Manufactures ne soient pas d’abord parfaits, ils retardent cependant & empêchent même l’exportation de ceux de l’État voisin dans leur propre païs, où l’on se fournit à meilleur marché.

C’est ainsi que l’État commence à perdre quelques bran-