Page:Cantillon - Essai sur la nature du commerce en général.djvu/279

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tous les ans au moins cent millions de sesterces, suivant son calcul. On n’en tiroit pas tant des Mines. Sous Trajan le prix des terres étoit tombé d’un tiers & au-delà, au rapport de Pline le jeune ; & l’argent diminua toujours jusqu’au tems de l’Empereur Septime Severe. L’’argent fut alors si rare à Rome, que cet Empereur fit des magasins étonnans de blé, ne pouvant pas ramasser des trésors assez considérables pour ses entreprises. Ainsi l’Empire Romain tomba en décadence par la perte de son argent, avant que d’avoir rien perdu de ses États. Voilà ce que le luxe causa, & ce qu’il causera toujours en pareil cas.